Vars-les-claux-caravaneige-station-neige-hiver-vacances

Caravaneige à Vars-les-Claux

Une semaine en camping-car à Vars-les-Claux

Le gouvernement l’a annoncé, cette année les remontées mécaniques resteront fermées. Une fois la première déception passée, on relativise (c’est ça l’optimisme, yeah). Le camping-car est quand même LE moyen de bouger, tout en restant isolé. Alors go, on part prendre un bon bol d’air à la montagne, même sans skier. Voici notre semaine de caravaneige à Vars-les-Claux.

Caravaneige à Vars-les-Claux : Une aire proche des pistes

Petit rappel de l’année dernière

L’année passée nous sommes allés dans le camping Oursière à Villard de Lans. Un joli lieu pour le caravaneige, avec tous les services. Ça nous paraissait plus simple. Piscine intérieure, électricité, eau et vidange à portée de roues. Et pas trop loin des pistes (en bus). C’était pas mal (pour des adultes), mais quand même trop loin avec des enfants de 1 et 3 ans. Du coup, on a enchaîné les allers-retours en camping-car pour aller au club piou-piou. Vraiment pas pratique. On a fini par découvrir un petit parking un peu plus haut, sans services, mais pas trop loin des pistes. On s’est aussi rendu compte qu’il y avait une superbe piscine municipale. Bref, une semaine en camping n’était pas nécessaire, un jour ou deux pour faire le plein et le vide du camping-car aurait suffi.

vars-les-claux-caravaneige-station-vacances
Emplacement sur l’aire de camping-car de Var-les-Claux

Organisation de cette année

En faisant des petites recherches sur internet, on a découvert qu’il existait des aires avec services très près des pistes, parfois même gratuites ! Nous voici donc arrivé à l’aire de camping-car de Vars-les-Claux. Une aire de camping-car gratuite (stationnement, eau et toilettes). Pour l’électricité, c’est 5 euros les 3 heures, rien d’abusif non plus (les jetons sont à aller chercher à l’Office du tourisme).

Notre semaine de vacances a été très ensoleillée. Le top pour s’amuser avec les enfants et les chiens dans la neige pas trop dure (c’est juste plus de nettoyage dans le camping-car). Ce parking, au soleil dès les premières heures, nous permet de passer des matins tout doux. Petits-déj’ au chaud, avec vue sur les montagnes enneigées. On en profite pour faire du coloriage, du bricolage et des constructions pendant que papa travaille à côté (mode papa nomade digital activé). Après le repas du midi, c’est l’heure que les enfants préfèrent, le moment d’enfiler la tenue de cosmonaute pour aller au cours de ski. Personne ne chouine, on enfile les vêtements de ski avec plaisir.

Le must de cet endroit, c’est d’être juste à côté des pistes. Il suffit de chausser les skis et de descendre. Bon, cette année, nous n’aurons pas cette chance malheureusement. Ce qui ne nous empêche pas de descendre en luge et de dévaler la pente, direction le club piou-piou de l’après midi. Les enfants adorent ! Pour rentrer, c’est un peu plus sportif… Achille dans la luge et c’est papa qui tire. De mon côté, je fais la mule, skis coincés dans le sac à dos avec les casques attachés sur les côtés. Heureusement, Agathe monte cette pente raide, seule et sans se plaindre. À l’arrivée, on monte le chauffage, on s’offre une petite gourmandise et on se détend en préparant le repas pendant que les enfants regardent un petit dessin animé ou font une grande cabane dans la pièce du fond.

Nos activités à la neige sans ski alpin

L’ESF de Vars-les-Claux pour les enfants

Vars-les-claux-caravaneige-station-neige-hiver-vacances
Les enfants prêts pour leur cour de ski

Pour les enfants, rien ne change cette année. Ils ont accès au club piou-piou, comme d’habitude. Le gros plus de l’ESF de Vars-les-Claux est d’accueillir les enfants à partir de 2 ans et demi. Ce qui est génial pour Achille, qui rêvait de faire du ski après avoir vu Agathe en faire l’année dernière. Les moniteurs acceptent les enfants de cet âge à condition qu’ils soient propres. C’est d’ailleurs ce qui a motivé Achille cet hiver, c’est dire l’envie de skier ! Ce club ESF possède un mini tunnel pour faire remonter les enfants en haut de la piste, ce qui est top pour faire une pause sans vent en cas de mauvais temps. Dans ce club, les enfants ne sont pas bloqués à un niveau, selon leurs progrès ou leurs besoins dans la semaine, ils sont dirigés vers les groupes qui correspondent. Normalement, pour les tout-petits comme Achille, il y a ski pendant 1 h 30, puis des activités plus calmes et des jeux. Mais, comme il est motivé (et surtout, qu’il ne veut pas déchausser les skis), il en fait l’après-midi entière. Pour Agathe, c’est la même chose, mercredi les moniteurs lui ont proposé d’aller avec les oursons, sur les plus grandes pistes. Mais, elle a refusé, car elle ne se sentait pas prête. Les moniteurs l’ont donc laissée dans le club piou-piou, sans la forcer. Jeudi, mademoiselle se sentait enfin parée. Alors, pas de soucis, la voilà partie vers de nouvelles pentes. Direction le bus pour descendre de plus haut (fierté de maman poule). Et pour terminer, vendredi, nous avons assisté à la remise des médailles. Achille a eu la médaille Blanchot et Agathe, Ourson. Pour elle, l’année prochaine c’est direction les pistes des grands !

Pendant ce temps pour les parents

Comment ça ?! Nous avons 2 h 30 devant nous, sans enfants ? Mais qu’est-ce qu’on va faire de tout ce temps ? Je vous rassure, il y a une tonne de choses à faire, même sans ski alpin.

J’avais mon flocon voyez-vous, une médaille reconnue dans le monde du ski (en CM2 en tout cas). Et pourtant, l’année dernière, je mettais promis de prendre des cours pour l’année 2021. Car j’avais goûté la neige bien plus de fois que nécessaire. Imaginez le tableau, moi, essayant péniblement de me relever, les bâtons emmêlés dans le ski restant, pendant que le premier c’était fait la malle, au bas de la piste, sans moi. Les enfants et les moniteurs passant à côté de moi comme-ci j’étais un rocher gênant leur belle descente. Mon égo en a pris un sacré coup, je m’étais donc dit « plus jamais ça ».

satation-vars-les-claux-snowboard-soleil-montagne-vacances
« Quitte à être les fesses dans la neige, autant apprendre quelque chose depuis le départ. »


Mais le virus mondial en a décidé autrement. Pas de soucis, on rebondit. Pas de ski, on passe au snowboard. Quitte à être les fesses dans la neige, autant apprendre quelque chose depuis le départ. Simon et moi avons donc pris des cours particuliers, mais pas avec l’ESF (qui en propose aussi). Sur les supers-conseils de Gliss Center (le magasin où nous avons loué notre matériel), nous avons réservé nos cours de snowboard avec Pure Snow School. Le mardi, c’est Lucie qui a assuré notre premier cours, tout en douceur, nous avons appris les bases en nous faisant plaisir. Le mercredi, nous n’avions pas de cours prévus. Alors Simon et moi sommes allés reproduire les choses apprises la veille. Le jeudi, le deuxième et dernier cours a eu lieu avec Adrien. Mais seulement pour Simon, car les courbatures sur mon corps de grande sportive (ahah) ont eu raison de mon courage (bouh la lâcheuse !), ce qui m’a donné le temps d’écrire en grande partie cet article.

snowboard-station-vars-les-claux-neige
Simon, sain et sauf en bas de la piste

À part le snow (ou le non snow), nous avons profité de nos après-midi pour découvrir la station, manger une crêpe au Nutella (ou plutôt du Nutella à la crêpe), et même simplement discuter tous les deux en regardant les montagnes et en respirant cet air pur (je vous assure que ça détend ce silence). Pour ensuite, aller chercher nos loulous avec encore beaucoup trop d’énergie après un après-midi de ski. Nous avons découvert que la station de Vars-les-Claux est en fait deux stations en une. L’une près de l’Office de tourisme, que nous connaissions, et la deuxième au point show avec encore deux tunnels, un autre club piou-piou, et des remontés mécaniques (qui ne remontent pas cette année).

Bilan de la semaine

A chacun son point de vu

 Les +Les –
Agathe
  • Jouer avec mon petit frère
  • Faire du ski
  • Avoir ma médaille ourson
  • Qu’Achille me frappe
Achille
  • Faire de la bouée avec papa
  • Sauter dans les flaques d’eau plouf
  • Faire du ski
  • Prendre ma douche, j’avais froid
Simon
  • Apprendre le snowboard « Je pensais que je n’en été pas capable (avec ma souplesse légendaire), je pensais que ce serait compliqué. Mais avec deux supers profs de snow, je me suis éclaté » ;
  • La position de la station par rapport à l’aire de camping-car et les services qui été proposés.
  • La fuite de la cassette des toilettes, avec la cassette à vider tous les jours.
Adeline
  • L’emplacement gratuit près de la station
  • Le snowboard
  • Écrire, entourée de montagnes et de neige
  • Dormir avec nos loulous et créer des liens avant de dormir
  • Voir les enfants s’amuser au ski
  • Nos premiers après-midi en amoureux à la neige
  • La fatigue du début de semaine
  • Le combo gadoue et pattes de chiens dans le camping-car

Pour tous

Les vacances avec des enfants en bas âge ne sont pas de tout repos, même s’il faut admettre que c’est beaucoup plus simple que l’année dernière (Achille a arrêté de se sauver et l’on peut enfin garder seulement un œil sur lui, plutôt que les deux). La vie en camping-car n’est pas non plus la plus simple. Même si maintenant on est bien rodé niveau organisation (remplissage, vidage, course, linge…), on n’est jamais à l’abri d’une panne de gaz en pleine nuit ou d’une fuite de chasse d’eau (cet exemple n’est pas donné au hasard). Ajoutez à cela, deux chiens, la fatigue de l’altitude, la fatigue des activités et vous obtenez un mélange assez explosif en fin de journée.

Malgré ce paragraphe assez négatif, je dois avouer qu’il y a eu beaucoup de positif. Agathe s’est transformée par rapport à l’année dernière. Il y a un an, nous avions une petite fille qui pleurait au moindre « non », qui reculait au moindre obstacle, qui avait besoin de siestes (sous peine de crise thermonucléaire le soir). On avait aussi un bébé d’un an impatient (oups, ça n’a pas changé ça). Je plaisante, maintenant nous avons un petit garçon, qui ne veut plus faire de sieste (trop pressé de faire du ski), qui essaie d’écouter les consignes bienveillantes, mais bien trop restrictives pour lui (« marche dans la jolie neige plutôt que dans l’eau » – plouf ! – *rage intérieure*).

En d’autres termes, nous avons tous beaucoup grandi. Que ce soit les enfants, ou même nous les parents. Nous avons tous appris à respecter les limites et besoins de chacun. Ce qui est vraiment nécessaire dans une mini maison. Il n’y a pas vraiment de place pour s’isoler dans une pièce, alors on comprend, on sort ou on va faire autre chose, même si c’est à côté. C’est une semaine riche en émotions qui a encore plus resserré les liens de notre petite tribu pour les aventures à venir.

station-caravaneige-vars-les-claux-vacances
La partie basse de la station de Vars-les-Claux

Laissez-nous un commentaire !

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.