Domaine du Marquis de Vauban – Famille Bordelaise

Blaye – Domaine du Marquis de Vauban

Nous sommes arrivés au Domaine du Marquis de Vauban dans l’après-midi. Nous trouvons des espaces bien aménagés, il y en a pour tous les goûts. Au fond, près de l’eau, à l’entrée près des arbres (bien plus joli et accueillant que l’aire en construction en face, même si elle a le mérite d’être là). Il y a le raccordement pour l’électricité, et même un tuyau d’eau disponible.

Vers 16 h 30, on vient nous prévenir d’un apéritif d’accueil à 17 h. Papa ira donc goûter les vins, pendant que maman préparera le camping-car avec les enfants. Car, ce soir, nous recevons ! Notre famille, qui habite près de Bordeaux, vient manger un petit barbecue.

Nous avions prévu de demander une balade en calèche pour le lendemain avec les enfants. Mais les chevaux n’ont pas encore repris le service, ils sont encore en confinement dans leur grande pâture. Malgré tout, le jeune homme qui s’en occupe vient demander si les enfants veulent aller les voir. Nous rencontrons, l’imposant Titan, Sergio (et deux autres dont j’avoue avoir oublié le nom). On nous parle de leur travail dans le domaine, leur taille, leur poids, leurs habitudes… un moment vraiment intéressant.

Nous passons une soirée sans soleil, mais avec un très beau cadre. Nous finissons même, tous les 6 + 2 chiens dans le camping-car, car le vent s’invite, un peu trop fort.

Domaine du marquis de vauban-Blaye
Domaine du Marquis de Vauban – Blaye

Le lendemain matin, les chevaux se font ferrer dans les box juste devant nous. Puis ensuite, toiletter. Simon et les enfants (poussé par la curiosité, il faut le dire) vont voir ce qu’il s’y passe. Ils en apprennent toujours plus sur les chevaux, et la personne qui s’en occupe. On reste jusqu’à ce qu’ils retournent en pâture.

C’est aussi ça, la magie du camping-car. Nous pouvons être au plus près de tout ce qui nous entoure. Si nous étions venus en simple visiteur, nous aurions bien visité le domaine, fait les dégustations. Mais nous n’aurions pas eu la chance de voir le domaine au petit matin, pas pu approcher de si près le quotidien des chevaux, avoir toutes les infos du jeune homme qui s’en occupe, qui nous partage sa passion, et même tout simplement dormir dans ces lieux un peu privilégiés.

Nous repartons après la sieste, en direction de la maison de notre famille près de Bordeaux, où nous passons le week-end. Nous allons voir le frère de Simon et sa nouvelle famille bordelaise. Le camping-car est à l’abri dans la cour, la piscine juste à côté. Les enfants s’amusent et profitent du monde autour.

Merci beaucoup pour l’accueil !

Blaye – Domaine du Marquis de Vauban

Nous sommes arrivés au Domaine du Marquis de Vauban dans l’après-midi. Nous trouvons des espaces bien aménagés, il y en a pour tous les goûts. Au fond, près de l’eau, à l’entrée près des arbres (bien plus joli et accueillant que l’aire en construction en face, même si elle a le mérite d’être là). Il y a le raccordement pour l’électricité, et même un tuyau d’eau disponible.

Vers 16 h 30, on vient nous prévenir d’un apéritif d’accueil à 17 h. Papa ira donc goûter les vins, pendant que maman préparera le camping-car avec les enfants. Car, ce soir, nous recevons ! Notre famille, qui habite près de Bordeaux, vient manger un petit barbecue.

Nous avions prévu de demander une balade en calèche pour le lendemain avec les enfants. Mais les chevaux n’ont pas encore repris le service, ils sont encore en confinement dans leur grande pâture. Malgré tout, le jeune homme qui s’en occupe vient demander si les enfants veulent aller les voir. Nous rencontrons, l’imposant Titan, Sergio (et deux autres dont j’avoue avoir oublié le nom). On nous parle de leur travail dans le domaine, leur taille, leur poids, leurs habitudes… un moment vraiment intéressant.

Nous passons une soirée sans soleil, mais avec un très beau cadre. Nous finissons même, tous les 6 + 2 chiens dans le camping-car, car le vent s’invite, un peu trop fort.

Domaine du marquis de vauban-Blaye
Domaine du Marquis de Vauban – Blaye

Le lendemain matin, les chevaux se font ferrer dans les box juste devant nous. Puis ensuite, toiletter. Simon et les enfants (poussé par la curiosité, il faut le dire) vont voir ce qu’il s’y passe. Ils en apprennent toujours plus sur les chevaux, et la personne qui s’en occupe. On reste jusqu’à ce qu’ils retournent en pâture.

C’est aussi ça, la magie du camping-car. Nous pouvons être au plus près de tout ce qui nous entoure. Si nous étions venus en simple visiteur, nous aurions bien visité le domaine, fait les dégustations. Mais nous n’aurions pas eu la chance de voir le domaine au petit matin, pas pu approcher de si près le quotidien des chevaux, avoir toutes les infos du jeune homme qui s’en occupe, qui nous partage sa passion, et même tout simplement dormir dans ces lieux un peu privilégiés.

Nous repartons après la sieste, en direction de la maison de notre famille près de Bordeaux, où nous passons le week-end. Nous allons voir le frère de Simon et sa nouvelle famille bordelaise. Le camping-car est à l’abri dans la cour, la piscine juste à côté. Les enfants s’amusent et profitent du monde autour.

Merci beaucoup pour l’accueil !

Laissez-nous un commentaire !

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.