Allignement-Menhir-Carnac

Journée loisir à Ploemel et les menhirs de Carnac

Journée loisir à Ploemel

Sur la route de Carnac, nous avons croisé un panneau de parc de jeu. Un rapide coup d’œil sur le site et nous changeons de cap pour le parc Le P’tit Délire à Ploemel.

C’est aussi ce qui est génial avec la liberté du camping-car, on croise un panneau, et hop nous voilà en train d’ajouter des lignes à l’itinéraire de base (comment ça il n’y avait pas d’itinéraire ?!).

Ce parc est pensé pour tous les âges et tous les goûts. Il propose à la fois un espace intérieur et extérieur.

Comme il faisait déjà chaud en arrivant, nous sommes allés dans le parc, jusqu’aux cabanes perchées, tout au bout. En passant, nous avons pu admirer nos activités suivantes : parc aquatique, structures gonflables, aires de jeux pour tous les âges, trampolines, parcours dans les arbres, et même des biquettes ! Bref, on savait que la journée allait être top.

parc-ploemel-cabane-perchée-filet-arbre-branche
Cabanes perchées au parc P’tit Délire à Ploemel

Après avoir passé la matinée dehors, on a décidé de prendre un petit encas et de partir pour l’espace aquatique. Ce n’est pas une piscine, mais bien un espace fermé avec toboggans et espace ludique, le top pour les parents de petits bouts qui se sauvent. On peut les laisser vadrouiller en sécurité, sans paniquer à chaque rebord de piscine.

Après cette pause humide, nous voilà repartis dans le parc (oui, car il est vraiment grand et l’on ne s’en lasse pas). Il y a des tables et bancs un peu partout, de l’herbe pour se mettre à l’ombre d’un arbre et prendre le goûter. Il n’y a aucun jeu électronique. Même les hélicoptères à l’entrée sont à pédale. Agathe a adoré !

parc-parcours-arbre-accrobranche
Parcours dans les arbres au parc P’tit Délire

Pour terminer, nous sommes allés dans le parc intérieur de 700 m². Deux grandes structures, un château gonflable, et même un espace en mousse pour les touts petits. Et puis, nous aussi les « grands », on se laisse tenter (l’hésitation n’a pas duré longtemps : p), on grimpe l’une des structures, pour découvrir tout en haut, à gauche, un jeu de briques géantes et à droite l’arène ! Un jeu ou deux équipes s’affrontent à l’aide de canons à balles. Il y faisait très chaud. Mais, ça n’a pas empêché papa et maman de se lancer dans une guerre sans merci, pour le plus grand plaisir d’Agathe et Achille qui se sont mis au milieu pour attraper les balles perdues.

Beaucoup de rire pour cette journée improvisée de détente en famille. Et maintenant, direction Carnac.


Il y aurait beaucoup de choses à dire sur Carnac. Et pas seulement pour ses menhirs. Il y a de belles plages, un beau port, de belles îles toutes proches. Mais voilà, nous ce qui nous intéresse, ce sont ces gros cailloux (elle a vraiment dit cailloux là ?!).

Petit train touristique

La veille, nous avions fait le tour de la ville en camping-car. Ce qui nous a permis de repérer les endroits que l’on voulait voir. Nous dormons d’ailleurs sur un spot entre les alignements du Ménec et de Kermario.

Et au petit matin, une fois le soplair retiré, c’est toujours une joie de découvrir le paysage qu’on avait juste aperçu la veille.

Carnac-Bois-Nature
Décor boisé au réveil

Agathe avait repéré le petit train depuis notre arrivée. Et il faut dire qu’elle avait envie de monter dedans depuis un bon moment puisqu’il y en a dans toutes les villes touristiques. C’est donc sans grande hésitation que nous l’avons pris à partir du parking de la maison des mégalithes (même s’il y a des emplacements camping-car, ce n’est pas simple de se garer, car les voitures se mettent dessus).

Ce petit train à un circuit de 50 minutes. On peut le prendre à la maison des mégalithes, au port de Carnac, ou à La Trinité-sur-Mer (ville à côté de Carnac).

C’est dans cette dernière ville que nous nous sommes arrêtés pour manger (d’ailleurs, il semble que l’estomac de Simon n’ait pas apprécié l’un des ingrédients).

Huître-restaurant-LaTrinitéSurMer
Repas au restaurant de la Trinité sur Mer

C’est le retour en train que nous avons le plus apprécié. Il passait à côté de tous les alignements. Il nous a aussi permis de préparer notre balade de l’après-midi en indiquant des sentiers de randonnées.

Sur le retour, Achille s’est endormi dans les bras de papa. Alors, arrivés dans le camping-car, pas question de refaire la sieste. Tout le monde était opérationnel pour repartir en balade (sauf papa et son estomac).

Le Géant du Manio

Nous sommes partis de notre spot pour aller vers ce grand menhir. Nous avons traversé le sentier pédestre, puis la route, puis de nouveau un sentier dans la forêt. Achille dans le sac de portage. Agathe a marché l’aller et retour (non sans mal, mais elle l’a fait !).

Tout au bout de cette balade, un menhir grand de 6,5 m. Seul au milieu de la forêt (mais comment est-il arrivé là ? On ne peut s’empêcher d’avoir un tas de questions en regardant ces constructions).

Le géant du Manio

Puis en revenant, on traverse de nouveau ces alignements de menhirs. Ces énormes pierres que des hommes ont transportées il y a 7000 ans. À quoi servaient-elles ? Lieu sacré au milieu des sépultures ? Calendrier agricole ? Ou soldats transformés en pierre ? (dans mon esprit farfelu, j’avoue préférer cette dernière théorie.) On ne sait pas vraiment. C’est peut-être aussi ce qui rend ce lieu si spécial et si mystérieux. En tout cas, cet endroit inspire le respect de lui-même.

En s’intéressant un petit peu au lieu, on comprend que la plupart de ces pierres ont été redressées. Que certains menhirs ont été ajoutés afin de combler les lignes. Ces alignements, construits par d’autres générations, avec leurs croyances et leurs moyens techniques, sont maintenant enfermés, encerclés par des grillages. Oui, ces grillages sont présents pour les protéger, de nous, les Hommes (dressé par l’Homme, abîmé par l’Homme des millénaires plus tard). Ces grillages recréent la biodiversité entre les menhirs (merci les moutons-tondeuses). En basse saison, nous pouvons être au plus près de ces alignements en allant à l’intérieur. Mais en haute saison, c’est en visite guidée et payante que nous pouvons les approcher.

carnac-menhir-grillage
Menhirs « protégés » par le grillage

Moyen de protéger le site ? Moyen de créer un attrait plus important pour l’hiver ? Moyen de faire de l’argent en été ?

Certainement un peu de tout ça. Malgré tout, toutes ces mises en place enlèvent un peu de magie, de charme au lieu. Des pierres imposantes avec leurs histoires, enfermées et prisonnières.

Les alignements de Carnac restent néanmoins un arrêt incontournable pour un voyage dans la belle Bretagne. Merci malgré tout de les sauvegarder afin que l’on puisse se rapprocher de nos ancêtres.

Laissez-nous un commentaire !

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.