mont-saint-michel-nuit

Pont l’Évêque et le Mont-Saint-Michel

Voici le premier article de notre tour de Bretagne (et de notre blog). Nous sommes tout excités à l’idée de vous faire découvrir notre premier vrai voyage à 4 (4 ?! Je dirais plutôt 6 avec nos compagnons à 4 pattes).

Maintenant que nos tests sont faits et à peu près réussis :

Les enfants s’endorment sans trop de difficultés, même si c’est un peu plus tard.

Nos chiens ont trouvé leurs places à l’intérieur et à l’extérieur de leur nouvelle maison roulante.

Le camping-car est rempli (et vidé aussi).

Nous sommes prêts !

Petite étape à Pont-L’Évêque

enfant-fontainte-pont-l-eveque
Promenade du soir à Pont-l’Évêque

Agathe (3 ans) est encore trop énervée par le voyage et toutes les choses qu’elle découvre. Nous décidons, elle et moi, de partir à la découverte de cette petite ville pendant que papa travaille.

On se balade, on s’amuse, on se trompe de chemin, on rigole, on mange des bonbons (oui oui, les bonbons aident au sommeil chez nous…). Et puis finalement, on rentre plus calme qu’au départ. Direction un premier arrêt qui ne sera pas tout à fait en Bretagne.

 

Premier (vrai) arrêt : Le Mont-Saint-Michel

Tout le monde en parle, on le voit partout (d’ailleurs, il me semble que tout le monde l’avait vu sauf moi). Le Mont-Saint-Michel sera notre premier vrai arrêt. C’est un arrêt plus que touristique. Pas vraiment ce qu’on espère voir dans un voyage en camping-car. Mais ça semble être un arrêt incontournable sur notre route. Alors, c’est parti !

Mont-Saint-Michel
L’impression d’être minuscule.

La pluie n’enlève pas le sourire

Une fois garé sur le parking camping-car qui est le plus éloigné des navettes (il n’y aurait pas comme une injustice ?). Nous nous armons de nos k-ways, pour partir en quête des navettes.

Après négociations, Agathe tombe d’accord avec nous « La poussette c’est pas pratique pour les escaliers ». Nous partons donc avec le bébé dans le sac de portage et la grande, baskets au pied et sac au dos. Direction le Mont-Saint-Michel avec nos enfants en bas âges.

Les doudounes, Isys et Iona, nos deux golden retrievers resteront dans le camping-car, car il ne fait pas trop chaud dehors. Elles seront donc en sécurité à l’intérieur. Les animaux sont acceptés dans le village, mais pas dans les navettes. Il faut compter 35 minutes à pied jusqu’au Mont-Saint-Michel avec votre compagnon à 4 pattes.

C’est parti, direction les navettes. Il y en a justement une qui arrive sous notre nez, avec le luxe de pouvoir avoir une place assise. Nous regardons partout, à la recherche de ce Mont si connu. Et puis deux arrêts plus tard, il apparaît.

Le Mont des merveilles

Les enfants partagent notre émerveillement. Pour moi, c’est la première fois. Simon l’a déjà vu, il y a 20 ans, du temps où l’on pouvait se garer devant (ça ne nous rajeunit pas du tout cette affaire).

Si vous recherchez du dépaysement, vous ne serez pas déçu. De la vieille pierre, des enseignes connues de tous, des escaliers qui nous dévoilent la beauté vue du ciel. Je ne vais pas en décrire chaque centimètre. Mais il est clair que ça vaut le détour (c’est d’ailleurs pour ça que nous avons inclus ce petit coin en Normandie dans notre voyage en Bretagne).

mont-saint-michel-escalier-hauteur
Les vieilles pierres et les nombreux escaliers.

On reviendra…

Malgré tout, on sait déjà que l’on reviendra. Eh oui, une petite fille de 3 ans, aussi courageuse soit-elle, sait dire stop aux escaliers. C’est avec les joues rouges et le cœur battant qu’elle nous a lancées un « NON » ferme et franc en voyant la montagne de marche de l’Abbaye. Pour arriver jusqu’en haut, il faut compter 350 marches ! (même nos mollets réussissent à comprendre cette petite fille)

Nous sommes donc repartis en quête d’un autre objectif, cette fois plus simple : le repas. Et nous sommes tous tombés d’accord devant notre barquette de frites saucisses. Dégusté sur un banc bien à l’abri de la pluie. Mais, à la vue des goélands et des moineaux avec qui nous avons partagé notre repas (j’ai comme l’impression qu’ils ne sont pas malheureux là-bas).

goeland-mont-saint-michel
Un goéland prêt à nous voler notre repas.

À bientôt Mont-Saint-Michel,

C’est donc l’estomac rempli et la tête pleine de jolis souvenirs (et de pluie aussi) que nous sommes repartis par la navette. Le Mont-Saint-Michel semblait disparaître sous la brume au fur et à mesure que l’on s’éloignait (et oui, même le mauvais temps à sa beauté).

Retour dans notre maison roulante, nos doudounes sont contentes de nous retrouver. Après une rapide balade, direction le mont des rêves, car demain on reprend doucement la route vers Saint-Malo (quoi de mieux que de rentrer se doucher et se coucher directement sans reprendre la route ?).

mont-saint-michel-enfant
Une fenêtre sur le Mont.

Laissez-nous un commentaire !

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.